Murs de Berlin

Capitale européenne de la culture alternative, Berlin déborde de couleurs et de bonnes ondes. La première des choses à faire : aller voir un fameux mur, qui a séparé les peuples et les convictions, pour devenir aujourd’hui symbole de liberté et y laisser son empreinte éphémère.

Ensuite enfourcher un vélo et se laisser bercé au grès des parcs et des rues aux stigmates artistiques voyants, des façade énormes repeintes, envahies de graffiti et personnages en tous genres. S’en suit une inévitable séance de street bombing…

Huellas del Pasado – Réclame Urbaine grand format

       

Réclame Urbaine grand format réalisée en live durant une soirée cubaine organisée par le Club Havane Méditerranée. J’ai accepté de participer à cet événement car les bénéfices furent reversées à l’association caritative Jamal, qui oeuvre pour les enfants de Madagascar, notamment en finançant la construction d’une école.

L’oeuvre réalisée en directe a été vendue aux enchères durant la soirée et la totalité de la somme a été reversée à l’association.

Huellas del Pasado signifie Les Traces du Passée, référence à l’histoire complexe de Cuba, mais aussi a ses représentants les plus connus comme Compay Segundo, sans doute le plus célèbre chanteur de musique cubaine, décédé en 2003.
Les traces du passée comme une empreinte qu’on laisse derrière soit, celles de la rue, des inscriptions, des affiches, comme pour crier haut et fort son besoin d’exister.

Huellas del Pasado, 2014
181 x 132 cm
Affiches décollées et marouflées dans cadre de rue, peinture aérosol, marqueur.

Pimp my caravane

L’association Les Marrons Givrés organisait le 17 Mai dernier Gard à la Bière, un festival consacré à la découverte et dégustation de bières artisanales. Brasseurs locaux, amateurs et passionnés de bons produits se sont réunis dans une ambiance conviviale et musicale à Bessèges, petite commune du Gard.

Nous étions invités Fabe et moi afin de peindre deux caravanes en live durant l’événement.

Trip in Medellin

Petite vidéo de vacances à Medellin, deuxième plus grande ville de Colombie. L’agglomération compte plus de 3 millions d’habitants et la ville est tout simplement énorme ! Les gros problèmes d’insécurité ont été en grande partie résolus même si certains quartiers sont fortement déconseillés de nuit…

La bonne surprise a été d’apprendre que les cultures urbaines sont très présentes à Medellin. Sports urbain, graffiti et rap semblent bien présents et après avoir parlé à quelques uns des artistes locaux, la scène semble extrêmement vivace !

Après avoir parlementé avec la police et les agents de sécurité, j’ai pu faire un graff dans le quartier du Poblado, non loin du skatepark et du musée d’art contemporain de la ville (MAM). Un groupe de rollerbladers est resté autour de nous pendant la peinture, ils avaient l’air de kiffer ! La pièce terminée, deux mecs me demandent si c’est moi qui l’ai fait, je dis « oui » et là ils se présentent comme des graffeurs et rappeurs de Medellin. Un d’eux a sorti un mini ghettoblaster et s’est mis à rapper (en colombien évidemment). Une tuerie ! Leur groupe Narcopoetas fait du bon son et j’ai utilisé un de leur morceau pour la vidéo : Latinos callejeros.

Quelques photos de la ville :

  

J’ai également mis en place un atelier d’initiation au lettrage à l’Alliance Française de Medellin. Cet organisme fait la promotion de la langue française à l’étranger et propose des cours de français aux enfants de tous les pays du monde.

Ce mur est situé à l’entrée d’une des deux écoles de Medellin et reprend le titre du programme scolaire des enfants : « Petits Princes ». Ceux qui ont participé ont entre 6 et 13 ans. Le fond est composé de tous leurs blases, qu’ils ont rempli eux-même (avec un peu d’aide!).

Réclames Urbaines – Nouvelles réalisations

        

Voici une nouvelle série de Réclames Urbaines, oeuvres réalisées dans des panneaux d’affichages de rue, à partir d’un travail de récupération d’affiches et de peinture.

En tant que graffeur, la rue reste mon élément naturel de création et d’inspiration. Ma démarche a évolué quant à cet espace. Au grès de déambulations, je récupère et collectionne différentes affiches, fragments graphiques qui constituent une source d’inspiration et une matière première urbaine. Les panneaux d’affichages publicitaires, véritable verrues de la cité, sont retirés pour devenir support de création.

        

Les Réclames Urbaines sont un condensé de ce qu’on est amené à voir dans la rue : panneaux, affiches, graffiti en couleurs ou en chrome, personnages, tags et flops. Les morceaux d’affiches collés et les graffiti peints composent un imaginaire présent tout au long du processus de création. Ces ambiances deviennent des titres, des pensées urbaines : Coulures Tragiques, Nuit Eternelle, Récréation Urbaine, Rêveries et Couleurs Sauvages.